Y

Y ?

La gĂ©nĂ©ration Y, vous connaissez ? Il s’agit du groupe de personnes nĂ©es au dĂ©but des annĂ©es 1980 jusqu’aux annĂ©es 1990. On la nomme ainsi, car elle est « nĂ©e » lors de l’apparition des nouvelles technologies, comme les smartphones ou les rĂ©seaux sociaux, mais surtout : Internet. Ce n’est donc pas surprenant d’avoir choisi le « Y » pour dĂ©finir cette gĂ©nĂ©ration qui, dit-on, « est toujours pendu sur leur tĂ©lĂ©phone ou baladeur avec des Ă©couteurs », ceux-ci tracent un « Y » en effet, mais il est aussi expliquĂ© que c’est parce qu’ils se posent toujours des questions, « why » en anglais (prononciation du « y »).

LĂ , vous devez vous demander pourquoi ? Pourquoi j’Ă©cris ça ?

Je suis de la gĂ©nĂ©ration Y Ă©tant nĂ©e en janvier 1999, donc je suis nĂ©e avec un iPhone et un Mac dans les mains puis un peu plus tard, un iPad et les rĂ©seaux sociaux, que je ne pense pas devoir citer tellement ils sont connus de nos jours. C’est vrai, je ne vais pas le nier, je suis très souvent, voire, trop souvent mĂŞme, sur ces appareils qui ne sont pas spĂ©cialement bons pour notre santĂ© Ă  cause des ondes, des lumières bleues qu’ils dĂ©gagent, etc… Cependant, on dit de nous les « ados » ou les jeunes ? Mais, je pense que c’est plus un phĂ©nomène qui nous a tout d’abord peut ĂŞtre touchĂ© nous, mais regardons nos parents, eux aussi, ils ont beaux nous gronder ou râler, ils sont aussi accro que nous le sommes

Ce n’est pas mon but de cracher sur ces nouvelles technologies dont on ne peut presque plus se passer. Moi, la première ! Si, je n’aimais pas ça, pourquoi aurais-je tous ces rĂ©seaux sociaux, mais surtout ce blog ? Non.

Je passe du temps sur les rĂ©seaux sociaux pour mes « besoins » personnels, mais aussi pour le blog, et j’Ă©tais tombĂ© sur un article de Konbini : La gĂ©nĂ©ration Y se met-elle trop la pression pour aller bien ?, il y a quelques mois dĂ©jĂ , mais je ressentais le besoin de le commenter aujourd’hui.

J’ai pu constater dans cet article que la gĂ©nĂ©ration Y ne cessait de se comparer aux autres, selon Emerson Csorba, un jeune entrepreneur spĂ©cialisĂ© dans les questions intergĂ©nĂ©rationnelles, Ă  des fins compĂ©titives.

« Nous sommes une gĂ©nĂ©ration qui se compare impitoyablement, tant entre nous qu’avec nos modèles. Et si nous ne faisons pas quelque chose d’exceptionnel, ou si nous ne nous sentons pas importants et Ă©panouis dans ce que nous faisons, nous le vivons mal.”

Il est vrai que je ne suis jamais satisfaite de mon travail personnel, de mes devoirs, mais aussi de mes articles de blog. Il peut se passer de nombreuses heures ou journĂ©es avant que je sois Ă  peu près satisfaite et qu’une fois postĂ©, je me pose des tonnes de questions comme, « est ce vraiment bien ? Â», « je n’aurais pas dĂ» faire ça, non ? Â». Inconsciemment, je me compare au reste et je ne suis pas contente de moi-mĂŞme, comme il le dit bien dans la citation. Ne croyez pas que j’admets cela juste pour faire l’article, c’est peut ĂŞtre une fausse gĂ©nĂ©ralitĂ©, mais elle est en partie vraie pour moi.

Csorba nous dit aussi qu’il faut essayer de se dĂ©tacher de cette comparaison, car elle est biaisĂ©e Ă  cause des rĂ©seaux sociaux qui ne « mettent en lumière » que le succès et, pas du tout, l’accomplissement de la carrière ou vie. Ă€ travers les rĂ©seaux sociaux de ces « modèles Â», on ne voit jamais les difficultĂ©s ou les Ă©preuves accomplies ainsi, ça nous donne une impression que tout est facile et immĂ©diat or, c’est faux !

Par exemple, vous ne saurez jamais combien de temps, j’ai consacrĂ© Ă  Ă©crire cet article. Ni combien de fois, j’ai relu et effacĂ© tout ce que j’avais Ă©crit parce que je n’étais pas satisfaite de mon travail. Et Ă  travers, mon blog et les rĂ©seaux sociaux, vous pouvez peut-ĂŞtre vous imaginer certaines choses qui ne seront pas forcĂ©ment vraies. Cependant, je ne cherche vraiment pas Ă  dĂ©gager une image fausse de qui je suis sur mes rĂ©seaux sociaux et ceci de plus en plus, vous le verrez bien dans les semaines Ă  venir sur le blog…

Je suis quelqu’un qui de base se met beaucoup trop la pression, alors je ne vous raconte pas cette annĂ©e : entre le Bac, mes rĂ©sultats scolaires, qui doivent ĂŞtre bons, selon moi, les concours que je dois passer pour le Post-Bac. Je me mets beaucoup de pression en plus de celles de mes professeurs ! Je suis trop exigeante avec moi-mĂŞme et c’est « nĂ©faste, dĂ©valorisant voire dĂ©courageant Â» vraiment.

Alors, il nous confie qu’il pourrait y avoir 3 remèdes contre cela, identifier nos véritables passions pour ne pas s’approprier celles des autres qui ne nous correspondraient pas forcément, mais aussi prendre du recul sur certaines choses pour mieux appréhender et se connaître vraiment, et donc aussi, faire l’expérience de la solitude.

Ce sont les vacances, j’ai certes des devoirs Ă  faire, mais je veux aussi profiter de ces vacances pour profiter de voir mes amis, sortir prendre l’air simplement, me reposer, ne rien faire de spĂ©cial aussi, aller surfer si les conditions le permettent : vivre quoi !

Ne faites pas comme moi et pleins d’autres personnes sur cette planète, laissez-vous un peu de temps pour vous-même et il faut arrêter de se comparer aux autres pour telle raison ou une autre. Je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire, mais personnellement, je travaille dessus et c’est plutôt pas mal.

E N J O Y  Y O U R  L I F E !

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.